Vie de l’UFR

Le congrès de l’Union Confédérale des Retraités s’est tenu du 21 au 23 mai à Bordeaux. Notre UFR était représentée par Joel BOITTOUT, Michel PLAZANET, Edith MOREAU, Bernard BESSUS, Gaby MEGANCK. Ce fut un bon congrès avec de bons débats tant sur l’activité que sur la résolution Générale. Joel BOITTOUT notre candidat au bureau de l’UCR a été élu par 97,32% des mandats.

Edith-Moreau-Michel-Plazanet-Bernard-Bessus-Joël-Boittout-Gaby-Méganck

Intervention Edith Moreau UFR – FGMM au congrès UCR (Bordeaux 2019)

 

Edith Moreau UFR FGMM

 

Sur le rapport d’activités

… nous en partageons pleinement les grandes lignes, notamment sur l’analyse du contexte social mais aussi dans les actions qui ont été mises en place pendant cette mandature, ceci face aux sentiments d’injustices vécus par les adhérents que nous représentons. « Faire vivre notre syndicalisme retraité dans la société comme dans la CFDT ». Cette volonté affirmée d’être présent dans la CFDT renforce le souci de nos SSR de partager avec les salariés les enjeux qui concernent l’ensemble de notre société.  Depuis l’alternance de gouvernement, nous sommes dans un nouveau contexte politique très défavorable aux corps intermédiaires et à la présence des syndicats dans les débats. Cela n’a pas facilité nos actions. Notre volonté de dialogue, restée intact, s’est alors affrontée à un autisme absolu du Président de la République et du gouvernement et à une position radicale de nos partenaires syndicaux qui a montré son inefficacité.

Dès le début de ce quinquennat, les retraités ont été particulièrement mis à contribution et leur pouvoir d’achat mis à mal : D’abord par une forte augmentation de la CSG, même pour les bas revenus et sans aucune compensation. Cette décision a été suivie, peu de temps après, par celle la limitation des augmentations des retraites à 0,3% par an, ceci jusqu’à fin 2020. Toutes ces mesures ont été prises sans consultation ni discutions d’aucune sorte.

À propos de l’audit de l’UCR
Nous sommes satisfaits que cet audit ait réaffirmé les SSR comme élément essentiel pour notre développement et les reconnaisse à part entière dans les UTR. Cela nous conforte dans notre politique de développement.
Nous n’en oublions pas, pour autant, les difficultés qui existent avec quelques syndicats de salariés qui veulent garder leurs adhérents retraités à tout prix et sont réfractaires à la création des SSR.
Par ailleurs, les analyses de l’audit sur les difficultés de faire vivre les UTR doivent nous inciter à nous concentrer sur le renouvellement des responsables plutôt que faire vivre des polémiques stériles pour l’organisation.

Sur l’action revendicative
nous vivons avec les UTR les difficultés de mobiliser les adhérents et l’impossibilité de réaliser des actions communes avec les autres organisations syndicales. L’absence d’intersyndicale au niveau national comme au niveau territorial, est trop souvent le fait d’une CGT hégémonique dans « Le groupe de 9 ». Nous regrettons cette situation. Mais nous avons pu, quelques fois, faire la démonstration de la forte mobilisation de la seule CFDT. Souvent, elle n’a pas usurpé la place de première organisation syndicale, même chez les retraités ! 

Sur le développement 
Nous avons adopté une stratégie de rencontre avec les URR et les UTR pour permettre la création de liens entre UTR et syndicat de salariés de la métallurgie. Nous avons construit des outils pour faciliter ces rencontres. Nous regrettons de ne pas avoir toujours pleinement réussi mais nous constatons que les choses progressent.

La Convention tripartite Confédération / UCR / FGMM
… a été discutée fin 2018 et signée au début de cette année. Il était devenu indispensable de renouveler cette convention. Une version antérieure avait déjà été élaborée puis mise en application depuis une dizaine d’année mais de façon partielle dans les territoires. Nous avions constaté que trop de structures étaient dans l’ignorance de son contenu et même de son existence. Les précisions apportées dans cette nouvelle version de la convention fixent les règles de fonctionnement entre les structures salariés (FGMM et syndicats métaux) et les structures de retraités (UCR et SSR dans les UTR). Les précisions apportées ne remettent pas en cause les conventions UTR / SSR déjà existantes.
L’UFR métallurgie précise qu’elle peut se mettre à la disposition des UTR et des syndicats métaux pour faciliter la mise en place de SSR dans le cadre d’une convention territoriale. L’essentiel, pour l’UFR, est d’assurer et faciliter les transferts des adhérents dans le meilleur esprit possible.

Participants au conseil UFR ALBI de gauche à droite : A DENAT, J.P GARCIA, P THIOLLIER, A GRILLET, J FILLIAU, J.L CORBIERE, M PLAZANET, G CUERQ, M BLET, C PERRET, M DAUJAT, F CARLIER, E ESTRADE, G MEGANCK, R MARIE, J BOITTOUT, B BESSUS, J.P RADIGOIS, G JEROME ( UCR ), J.P HELLARD

CONSEIL DE L’UFR ALBI  27 et 28 septembre 2018

Le conseil décentralisé de l’UFR s’est tenu à Albi dans la région midi Pyrénées les 27 et 28 septembre 2018. Une vingtaine de conseillers et conseillères représentant toutes les régions, ont durant 2 jours échangé et, travaillé à définir les objectifs prioritaires de l’UFR pour l’année à venir et aussi préparé L’assemblée générale UFR du 24 octobre 2019.

L’ACTION REVENDICATIVE
Les retraités ont subi plus fortement qu’hier une perte de pouvoir d’achat conséquente, avec l’instauration de 1,7 % de CSG et le gel ou presque des pensions (0 ,3%) en 2019 et 2020, « Non les retraités ne sont pas des nantis ». Le gouvernement ne peut pas continuer à faire fi de nos réactions et de nos propositions. Les adhérents et militants CFDT l’ont clamé haut et fort le 4 octobre dans toute la France.

LE DEVELOPPEMENT :
Développer le syndicalisme retraité est une priorité de l’UFR, en créant dans chaque syndicat d’actifs une SSR (section syndicale de retraités). L’attachement des retraités à leur secteur professionnel est gage de cohésion et d’efficacité. La réforme territoriale (fusion des régions), le regroupement de certaines de nos structures syndicales, nous oblige à mettre en œuvre un plan d’action avec pour objectif une SSR dans chaque syndicat. Une cartographie issue d’un questionnaire adressé à tous les conseillers a mis en lumière nos faiblesses et nos forces. Pour définir le rôle des SSR et cerner les besoins au niveau des régions, le conseil se prononce pour la mise en place de Commissions de développement et de coordination des SSR dans les Union  Mines Métaux. Contact sera pris avec les secrétaires des unions mines métaux, pour fixer les délégations et désigner les candidats au conseil de l’UFR pour notre assemblée générale 2019. L’UFR  apporte son aide lors de la création de SSR et la négociation des protocoles avec les syndicats de salariés et les UTR. Elle propose aux militants des formations : la clé USB développement, l’aide au logiciel  GASEL, la formation préparer sa retraite avec module SSR métaux.

LA REFORME DES RETRAITES
« Pour chaque euro cotisé, le même droit à pension pour tous » cette phrase est un engagement de campagne du président de la république. Gilbert JEROME secrétaire général adjoint de l’UCR a précisé les enjeux de cette réforme et la position de la CFDT. Nous ne sommes pas opposés à un système par points si celui est juste, équilibré, solidaire et si le principe de la répartition reste acquis. Aujourd’hui notre système par répartition repose sur la solidarité intergénérationnelle, ce sont les actifs du moment qui payent les retraites du moment. Nous avons payé pour nos ainés et maintenant ce sont les jeunes qui payent pour nous et lorsqu’ils seront en retraite ils bénéficieront des cotisations des salariés.
Pour nous CFDT, il est important de maintenir ce lien entre les générations. Les questions du niveau des pensions, de la hausse de la CSG et de la limitation de la revalorisation des pensions, des pensions de réversion, sont à aborder. Sûr toutes ces questions il faut que l’on ait une réflexion et des exigences. . Nous devons nous préoccuper  des très basses pensions, c’est un élément important qui concerne en majorité les femmes. Nos pensions sont indexées sur les prix, ce n’est pas satisfaisant, plus on avance en âge plus le niveau de vie se dégrade.

 

CONSEIL UFR DE MARS 2018

ACTUALITE REVENDICATIVE

Largement marquée par la baisse continue du pouvoir d’achat. Les retraités ont manifesté sur le territoire pour prouver qu’ils ne sont pas des nantis. La représentation CFDT dans la manifestation avec les EPHAD était bonne, nous ne sommes pas des « béni oui, oui » pas question de faire du suivisme. Comment défiler ensemble si les revendications ne sont pas les mêmes. Pour les militants être enfin dans l’action et exprimer nos revendications; Le1% sur les retraites complémentaires, la complémentaire santé, la réforme des retraites et l’indexation des pensions, la pension de réversion, la perte d’autonomie.

CONGRES CONFEDERAL DE RENNES

Les enjeux ont été débattus, notre présence dans les UTR nous donne la légitimité de construire dans la confédération, le syndicalisme de demain. Construire des nouvelles protections, faire émerger un nouveau modèle de développement porteur de progrès pour tous, les défis sont nombreux pour toute la CFDT.

Les défis à relever, réchauffement climatique, révolution numérique, allongement de la durée de vie. Nous devons prendre la mesure de l’accélération du changement de société en s’appuyant sur nos valeurs fondamentales. Solidarité, Egalité, démocratie, Indépendance et Emancipation.

LA VIE DE NOS STRUCTURES

Le développement et la proximité avec nos adhérents est une préoccupation constante de nos équipes. Les liens avec nos syndicats d’origine doivent être préservés, pour qu’un maximum d’adhérents salariés soit concerné par l’adhésion au syndicalisme retraité. Le plan de travail de l’UFR avec ses conseillers consacre une grande partie sur le sujet. La rencontre entre l’UCR et les UFR a été évoquée pour travailler sur le contenu d’un protocole tripartite et un point a été fait sur l’articulation SSR, ULR, UTR. Lors cette rencontre la place des UFR et des SSR a été rappelé comme vecteur de développement.

L’appartenance à une profession ne doit pas prendre le pas sur celle d’un territoire mais doit permettre la construction d’un collectif qui agit. Prochain conseil LE 27 et 28 septembre 2018

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]